English عربي
 
 

Le Monastère de Saint- Challita- Moukbess- Ghosta

Ce livret contient 5 actes de foi
 
Le premier acte, c’est la foi en la biographie de Saint Challita, le soldat qui atteignit le sommet de la gloire. Il était grand dans les problèmes du monde, mais modeste et simple devant Dieu.
 
Le second acte, foi en le monastère de Saint Challita- Moukbess, « Kannoubine Kesrouan », qui fut construit, détruit et restauré. Il était parmi les premiers monastères à être restauré à Kesrouan en 1628. Un diamant religieux et historique usé avec le temps et auquel l’intervention divine fut révélée. Le monastère de Saint Challita- Moukbess, le waqef de la famille Mouhasseb qui croit en son histoire qui joue un rôle important dans l’histoire des Maronites ainsi que sa doctrine Chrétienne.
 
Le troisième acte, foi en l’histoire de la famille Mouhasseb qui symbolisa sa foi à travers les générations en construisant le monastère de Saint Challita Moukbess, en l’élaborant et en donnant aux Maronites un grand nombre de Patriarches, de moine et de religieuses qui s’adonnèrent au service du monastère et de l’église
 
Le quatrième acte, foi en la personnalité de l’Homme de Dieu, Saint Oustfan El Dwaihy, le troisième fondateur du rite Maronite après Saint Maron et Jean Maron. Il y a plusieurs choses en commun entre lui et Saint Challita, telles que sa foi inébranlable, son dévouement et sa modestie. Le Patriarche Oustfan El Dwaihy, comme Saint Challita, atteignit les plus hautes positions sans jamais changer son ancienne soutane modeste qu’il refusait de remplacer par une autre en soie. Il était toujours docile, aimable et patient. Dieu accorda à Saint Oustfan El Dwaihy de rester dans le monastère de Saint Challita Moukbess avec la famille Mouhasseb à plusieurs étapes de sa vie. Cette place divine lui était un refuge et une bénédiction pour le monastère ainsi que la famille Mouhasseb et la région de Kesrouan. Là, une relation spirituelle fut créé qui lia pour toujours ces deux familles, jusqu’à ce qu’elle devint un pont entre les forteresses d’Ehden et de Ghosta.
 
Le cinquième acte est celui de la foi et des racines. Cette foi, selon l’institut Beau Soleil en Suisse, spécialisé en traditions et sources, apprend les points suivants :
 
Le premier point : la conscience de l’importance de l’histoire de la famille ainsi que ses racines et son héritage
 
Le second point : apprendre comment maintenir cet héritage et l’élaborer pour la conservation et la prospérité
 
Le troisième point : comment donner cet héritage aux successeurs
 
La conscience est un facteur essentiel pour le progrès ainsi qu’un signe d’excellence. Notre histoire fut privée de son droit, tandis que le monastère de Saint Challita fait partie de cette histoire et est une fidélité qui nous fut donnée par nos ancêtres, pour être ensuite envoyée aux générations à venir. Nous devons être bien avisés avec enthousiasme, impartialité et amour afin de la maintenir.
 
Nadine H Mouhasseb
1 2 3 4 5 6